Pâques a apporté la fraternité et le dialogue

Pour la première fois, sont prononcées les paroles: « Il est ressuscité ». Les évangélistes nous rapportent que cette première annonce fut donnée par les anges, c’est-à-dire les messagers de Dieu.
  1. Et moi, aujourd’hui, en cette Pâques, qu’est-ce que je fais ?
  2. La foi dans le Christ Ressuscité est une mise en mouvement
  3. Nous annonçons la résurrection du Christ
  4. Pâques a apporté la fraternité et le dialogue

Partage : Quels sont les mots qui attirent mon attention et pourquoi ? Qu’est-ce que ce passage dit? Qu’est-ce que ces paroles ont à voir avec ma vie ? Qu’est-ce que je réponds à cette Parole ?

En ce temps-là, quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. » Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé. Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.” Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. » Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui. (Mt 28, 8-15)

Pâques a apporté la fraternité et le dialogue [1]

Le lundi après Pâques est appelé « Lundi de l’Ange », selon une très belle tradition qui correspond aux sources bibliques sur la Résurrection. En effet, les Évangiles [2] racontent que, quand les femmes allèrent au Sépulcre, elles le trouvèrent ouvert. Elles craignaient de ne pas pouvoir entrer parce que la tombe avait été fermée par une grande pierre. En revanche, elle était ouverte; et de l’intérieur, une voix leur dit que Jésus n’est pas là, mais qu’il est ressuscité.

Pour la première fois, sont prononcées les paroles: « Il est ressuscité ». Les évangélistes nous rapportent que cette première annonce fut donnée par les anges, c’est-à-dire les messagers de Dieu. Cette présence angélique a une signification: de même que c’est un ange, Gabriel, qui avait annoncé l’Incarnation du Verbe, ainsi, pour annoncer pour la première fois la Résurrection, une parole humaine n’était pas suffisante. Il fallait un être supérieur pour communiquer une réalité si bouleversante, si incroyable que sans doute aucun être humain n’aurait osé la prononcer. Après cette première annonce, la communauté des disciples commence à répéter: « C’est bien vrai! le Seigneur est ressuscité et il est apparu à Simon » [3]. Cette annonce est belle. Nous pouvons le dire tous ensemble à présent: « C’est bien vrai! le Seigneur est ressuscité ». Cette première annonce — « C’est bien vrai! le Seigneur est ressuscité » — exigeait une intelligence supérieure à celle humaine.

Aujourd’hui est un jour de fête et de convivialité vécu traditionnellement en famille. C’est une journée de famille. Après avoir célébré la Pâque, on ressent le besoin de se réunir encore avec ses proches et avec ses amis pour faire la fête. Parce que la fraternité est le fruit de la Pâque du Christ qui, avec sa mort et sa résurrection, a vaincu le péché qui séparait l’homme de Dieu, l’homme de lui-même, l’homme de ses frères et soeurs. Mais nous savons que le péché sépare toujours, il crée toujours des inimitiés. Jésus a abattu le mur de division entre les hommes et a restauré la paix, en commençant à tisser le réseau d’une nouvelle fraternité. A notre époque, il est très important de redécouvrir la fraternité, telle qu’elle était vécue dans les premières communautés chrétiennes. Redécouvrir comment laisser une place à Jésus qui ne sépare jamais, qui unit toujours. Il ne peut y avoir de véritable communion et d’engagement pour le bien commun et la justice sociale sans fraternité et partage. Sans partage fraternel, on ne peut réaliser de communauté ecclésiale ou civile: il n’existe qu’un ensemble d’individus mus ou regroupés par leurs propres intérêts. Mais la fraternité est une grâce que fait Jésus.

La Pâque du Christ a fait exploser dans le monde une autre chose: la nouveauté du dialogue et de la relation, une nouveauté qui pour les chrétiens, est devenue une responsabilité. En effet, Jésus a dit: « À ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples: si vous avez de l’amour les uns pour les autres » [4]. Voilà pourquoi nous ne pouvons pas nous refermer sur notre sphère privée, sur notre groupe; mais nous sommes appelés à nous occuper du bien commun, à prendre soin de nos frères, en particulier ceux plus faibles et marginalisés. Seule la fraternité peut garantir une paix durable, peut vaincre la pauvreté, peut éliminer les tensions et les guerres, peut extirper la corruption et la criminalité. Que l’ange qui nous dit: « Il est ressuscité », nous aide à vivre la fraternité et la nouveauté du dialogue et de la relation et la préoccupation pour le bien commun.

Que la Vierge Marie, que, en ce temps pascal, nous invoquons sous le titre de Reine du Ciel, nous soutienne par sa prière, afin que la fraternité et la communion dont nous faisons l’expérience en ces jours de Pâques, puissent devenir notre style de vie et l’âme de nos relations.

[1] Pape François. Regina cæli. Place Saint-Pierre. Lundi de l’Ange, 2 avril 2018.

[2] cf. Mt 28, 1-10, Mc 16, 1-7; Lc 24, 1-12.

[3] Lc 24, 34.

[4] Jn 13, 35.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suggestions de lectures

Pape François

À la fin de la messe, le temps du témoignage commence

Voilà le témoignage chrétien. Nous faisons mourir ce qui s’oppose à l’Évangile et à l’amour de Jésus, se crée en nous un plus grand espace pour la puissance de son Esprit. Les chrétiens sont des hommes et des femmes qui laissent leur âme s’élargir par la force de l’Esprit Saint, après avoir reçu le Corps et le Sang du Christ. Laissez élargir votre âme! Pas ces âmes si étroites et fermées, petites, égoïstes, non! Des âmes larges, des âmes grandes, avec de grands horizons…

Lire »
Luc Labrecque

Messagers de la Joie de l’Évangile

Les messagers de la joie de l’Évangile sont des hommes et des femmes qui ont reçu le mandat d’annoncer la Bonne Nouvelle : la joie de l’Évangile a comblé leur vie et transformé leur cœur. 6) Entrés dans le « dynamisme de la sortie » , ils rejoignent le monde entier pour annoncer avec créativité et avec le langage universel de la joie que l’Évangile est source de vie et de vie en abondance.

Lire »
Luc Labrecque

Que sont les 7 dons du Saint-Esprit?

Quand on parle de morale catholique, on pense souvent à un ensemble de règles que Dieu nous a données et sur lesquelles il nous jugera. Mais on oublie un peu vite que quand Dieu demande quelque chose, Il donne les moyens de l’accomplir. Et parmi ces moyens, il y a les dons du Saint-Esprit

Lire »
Pape François

Le don d’Intelligence : Comprendre les choses comme Dieu les comprend

Il ne s’agit pas ici de l’intelligence humaine, de la capacité intellectuelle dont nous pouvons être plus ou moins dotés. C’est au contraire une grâce que seul l’Esprit Saint peut répandre et qui suscite chez le chrétien la capacité d’aller au-delà de l’aspect extérieur de la réalité et de scruter les profondeurs de la pensée de Dieu et de son dessein de salut.

Lire »
Pape François

Le don de la sagesse

Si nous écoutons l’Esprit-Saint, il nous enseigne cette voie de la sagesse, il nous offre la sagesse qui consiste à voir avec les yeux de Dieu, à entendre avec les oreilles de Dieu, à aimer avec le cœur de Dieu, à juger les choses avec le jugement de Dieu.

Lire »
Pape François

L’humilité de Jésus s’oppose à la mondanité du malin

C’est le chemin de Dieu, le chemin de l’humilité. C’est la route de Jésus, il n’y en a pas d’autre. Et il n’existe pas d’humilité sans humiliation. En parcourant jusqu’au bout cette route, le Fils de Dieu a assumé la “condition de serviteur” . En effet, humilité veut dire aussi service, veut dire laisser de la place à Dieu se dépouillant de soi-même, “se vidant”, comme dit l’Écriture . Cela – se vider ‑ est l’humiliation la plus grande. Il y a un autre chemin, contraire au chemin du Christ : la mondanité. La mondanité nous offre le chemin de la vanité, de l’orgueil, du succès… C’est l’autre chemin. Le malin l’a proposé aussi à Jésus, durant les quarante jours dans le désert. Mais Jésus l’a repoussé sans hésitations. Et avec lui, seulement avec sa grâce, avec son aide, nous aussi nous pouvons vaincre cette tentation de la vanité, de la mondanité, non seulement dans les grandes occasions, mais dans les circonstances ordinaires de la vie.

Lire »
Pape François

L’humilité permet d’entrer dans le mystère de Pâques

Pour entrer dans le mystère, il faut de l’humilité, l’humilité de s’abaisser, de descendre du piédestal de notre moi si orgueilleux, de notre présomption ; l’humilité de se redimensionner, en reconnaissant ce que nous sommes effectivement: des créatures, avec des qualités et des défauts, des pécheurs qui ont besoin de pardon. Pour entrer dans le mystère, il faut cet abaissement qui est impuissance, dépossession de ses propres idolâtries… adoration. Sans adorer, on ne peut entrer dans le mystère.

Lire »