Ne vous affligez pas : la joie du Seigneur est votre rempart !

Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire. Ils sont encore bouleversés, et la joie les empêche de croire. Leur joie est telle que « non, cela ne peut pas être vrai. Cette joie n'est pas réelle, elle est trop forte" ». Et elle les a empêchés de croire. La joie. Une grande joie. Ils étaient pleins de joie et comme paralysés par la joie.
  1. Messagers de la Joie de l’Évangile
  2. Ne vous affligez pas : la joie du Seigneur est votre rempart !
  3. Les 153 gros poissons

Partage : Quels sont les mots qui attirent mon attention et pourquoi ? Qu’est-ce que ce passage dit? Qu’est-ce que ces paroles ont à voir avec ma vie ? Qu’est-ce que je réponds à cette Parole ?

En ce temps-là, les disciples qui rentraient d’Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain. Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit: « La paix soit avec vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Jésus leur dit: « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ? Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. » Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds. Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui présentèrent une part de poisson grillé qu’il prit et mangea devant eux. Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. » Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d’en être les témoins. (Lc 24, 35-48)

Ne vous affligez pas : la joie du Seigneur est votre rempart ! [1]

Ces jours-ci, à Jérusalem, les sentiments des gens étaient bien variés : la peur, l’étonnement, le doute. Après la guérison de l’infirme de la “Belle porte”, les gens étaient frappés de stupeur et désorientés devant ce qui lui était arrivé (…) Les gens étaient stupéfaits. Ils étaient inquiets parce qu’ils ne comprenaient pas ce qui se passait. [2]

Le Seigneur est allé trouver ses disciples. Eux savaient qu’il était ressuscité, Pierre le savait aussi parce qu’il lui avait parlé ce matin-là. Les deux pèlerins d’Emmaüs le savaient, mais lorsque le Seigneur leur est apparu, ils ont eu peur : saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Les disciples avaient fait la même expérience sur le lac quand Jésus avait marché sur les eaux. Mais ce jour-là, Pierre avait défié le Seigneur : si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux.

Dans l’évangile d’aujourd’hui, Pierre est silencieux ; il a parlé avec le Seigneur ce matin-là, mais personne ne sait ce qu’ils s’étaient dit, et c’est pourquoi il reste silencieux. Les apôtres, eux, avaient peur, ils étaient bouleversés et croyaient voir un fantôme. Jésus leur dit : Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur? Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! (…) Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds.

Les plaies de Jésus : ce trésor que Jésus a emmené au Ciel pour le montrer à son Père et intercéder pour nous. Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. Et puis il y a cette phrase qui me donne tant de consolation et c’est pourquoi, ce passage de l’Évangile est l’un de mes préférés : dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire. Ils sont encore bouleversés, et la joie les empêche de croire. Leur joie est telle que « non, cela ne peut pas être vrai. Cette joie n’est pas réelle, elle est trop forte ». Et elle les a empêchés de croire. La joie. Une grande joie. Ils étaient pleins de joie et comme paralysés par la joie.

Or la joie est l’un des souhaits de Paul pour son peuple, à Rome : Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie. Se remplir de joie, être pleins de joie. C’est l’expérience de la plus grande consolation, quand le Seigneur nous fait comprendre que la joie, c’est autre chose que d’être content, positif, lumineux… Non, c’est autre chose. Être joyeux… pleins de joie, d’une joie débordante qui nous saisit vraiment. Et c’est pourquoi Paul souhaite aux Romains que le Dieu de l’espérance vous remplisse de joie. Cette expression, se remplir de joie, revient souvent, très souvent. Comme par exemple dans la prison lorsque Paul laisse la vie sauve au gardien qui était sur le point de se suicider parce qu’un tremblement de terre avait ouvert les portes : il lui annonce l’Évangile, le baptise, et le geôlier, dit la Bible, laissa déborder sa joie de croire en Dieu. Il en va de même pour ce haut fonctionnaire de la reine Candace : ils descendirent dans l’eau tous les deux, et Philippe baptisa l’eunuque. Quand ils furent remontés de l’eau, l’Esprit du Seigneur emporta Philippe ; l’eunuque ne le voyait plus, mais il poursuivait sa route, tout joyeux. La même chose s’est produite le jour de l’Ascension : les disciples retournèrent à Jérusalem, dit la Bible, en grande joie. C’est la plénitude de la consolation, la plénitude de la présence du Seigneur.

Car, comme le dit Paul aux Galates, la joie est le fruit de l’Esprit Saint, et non pas la conséquence d’émotions provoquées par quelque chose de merveilleux… Non, c’est plus que cela. Cette joie, cette joie qui nous remplit, est le fruit de l’Esprit Saint. Sans l’Esprit, vous ne pouvez pas avoir cette joie. Recevoir la joie de l’Esprit est une grâce. Je me rappelle les derniers paragraphes de l’Exhortation Evangelii Nuntiandi de Paul VI, lorsqu’il parle de chrétiens joyeux, de joyeux évangélisateurs, et « non d’évangélisateurs tristes et découragés, impatients ou anxieux ». Aujourd’hui est un bon jour pour relire ce texte.

Pleins de joie. C’est ce que nous dit la Bible : dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire. Il y a un passage du livre de Néhémie qui nous aidera dans cette réflexion sur la joie. Le peuple est retourné à Jérusalem et a retrouvé le livre de la Loi – ils connaissaient la loi par cœur mais ils avaient perdu le livre de la Loi – ; ils organisent une grande fête et tout le peuple se réunit pour écouter le prêtre Esdras lire le livre de la Loi. Les gens étaient émus et pleuraient, ils pleuraient de joie… Lorsque le prêtre Esdras eut terminé, il leur dit : Ne vous affligez pas : la joie du Seigneur est votre rempart ! Cette parole du livre de Néhémie nous aidera aujourd’hui. La grande force que nous avons pour transformer, pour prêcher l’Évangile, pour témoigner, c’est la joie du Seigneur, fruit de l’Esprit Saint. Nous lui demandons aujourd’hui de nous l’accorder.

[1] Homélie du pape François, 16 avril 2020

[2] cf. Ac 3, 1-10

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suggestions de lectures

Pape François

À la fin de la messe, le temps du témoignage commence

Voilà le témoignage chrétien. Nous faisons mourir ce qui s’oppose à l’Évangile et à l’amour de Jésus, se crée en nous un plus grand espace pour la puissance de son Esprit. Les chrétiens sont des hommes et des femmes qui laissent leur âme s’élargir par la force de l’Esprit Saint, après avoir reçu le Corps et le Sang du Christ. Laissez élargir votre âme! Pas ces âmes si étroites et fermées, petites, égoïstes, non! Des âmes larges, des âmes grandes, avec de grands horizons…

Lire »
Luc Labrecque

Messagers de la Joie de l’Évangile

Les messagers de la joie de l’Évangile sont des hommes et des femmes qui ont reçu le mandat d’annoncer la Bonne Nouvelle : la joie de l’Évangile a comblé leur vie et transformé leur cœur. 6) Entrés dans le « dynamisme de la sortie » , ils rejoignent le monde entier pour annoncer avec créativité et avec le langage universel de la joie que l’Évangile est source de vie et de vie en abondance.

Lire »
Luc Labrecque

Que sont les 7 dons du Saint-Esprit?

Quand on parle de morale catholique, on pense souvent à un ensemble de règles que Dieu nous a données et sur lesquelles il nous jugera. Mais on oublie un peu vite que quand Dieu demande quelque chose, Il donne les moyens de l’accomplir. Et parmi ces moyens, il y a les dons du Saint-Esprit

Lire »
Pape François

Le don d’Intelligence : Comprendre les choses comme Dieu les comprend

Il ne s’agit pas ici de l’intelligence humaine, de la capacité intellectuelle dont nous pouvons être plus ou moins dotés. C’est au contraire une grâce que seul l’Esprit Saint peut répandre et qui suscite chez le chrétien la capacité d’aller au-delà de l’aspect extérieur de la réalité et de scruter les profondeurs de la pensée de Dieu et de son dessein de salut.

Lire »
Pape François

Le don de la sagesse

Si nous écoutons l’Esprit-Saint, il nous enseigne cette voie de la sagesse, il nous offre la sagesse qui consiste à voir avec les yeux de Dieu, à entendre avec les oreilles de Dieu, à aimer avec le cœur de Dieu, à juger les choses avec le jugement de Dieu.

Lire »
Pape François

L’humilité de Jésus s’oppose à la mondanité du malin

C’est le chemin de Dieu, le chemin de l’humilité. C’est la route de Jésus, il n’y en a pas d’autre. Et il n’existe pas d’humilité sans humiliation. En parcourant jusqu’au bout cette route, le Fils de Dieu a assumé la “condition de serviteur” . En effet, humilité veut dire aussi service, veut dire laisser de la place à Dieu se dépouillant de soi-même, “se vidant”, comme dit l’Écriture . Cela – se vider ‑ est l’humiliation la plus grande. Il y a un autre chemin, contraire au chemin du Christ : la mondanité. La mondanité nous offre le chemin de la vanité, de l’orgueil, du succès… C’est l’autre chemin. Le malin l’a proposé aussi à Jésus, durant les quarante jours dans le désert. Mais Jésus l’a repoussé sans hésitations. Et avec lui, seulement avec sa grâce, avec son aide, nous aussi nous pouvons vaincre cette tentation de la vanité, de la mondanité, non seulement dans les grandes occasions, mais dans les circonstances ordinaires de la vie.

Lire »
Pape François

L’humilité permet d’entrer dans le mystère de Pâques

Pour entrer dans le mystère, il faut de l’humilité, l’humilité de s’abaisser, de descendre du piédestal de notre moi si orgueilleux, de notre présomption ; l’humilité de se redimensionner, en reconnaissant ce que nous sommes effectivement: des créatures, avec des qualités et des défauts, des pécheurs qui ont besoin de pardon. Pour entrer dans le mystère, il faut cet abaissement qui est impuissance, dépossession de ses propres idolâtries… adoration. Sans adorer, on ne peut entrer dans le mystère.

Lire »