Entrer dans la gratitude

La gratitude est en réalité l’attitude la plus fondamentale de la créature. C’est une vertu qui s’acquiert par répétition et par petits exercices. C’est d’abord un acte de l’intelligence qui consiste à apprendre à discerner les dons au quotidien. Cet acte fait monter en moi une émotion qui me pousse à agir.
  1. Entrer dans la gratitude
  2. S’il te plaît, merci, pardon

Partage : Quels sont les mots qui attirent mon attention et pourquoi ? Qu’est-ce que ce passage dit? Qu’est-ce que ces paroles ont à voir avec ma vie ? Qu’est-ce que je réponds à cette Parole ?

Jean était la lampe qui brûle et qui brille, et vous avez voulu vous réjouir un moment à sa lumière. Mais j’ai pour moi un témoignage plus grand que celui de Jean : ce sont les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir ; les œuvres mêmes que je fais témoignent que le Père m’a envoyé. Et le Père qui m’a envoyé, lui, m’a rendu témoignage. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez jamais vu sa face, et vous ne laissez pas sa parole demeurer en vous, puisque vous ne croyez pas en celui que le Père a envoyé. Vous scrutez les Écritures parce que vous pensez y trouver la vie éternelle ; or, ce sont les Écritures qui me rendent témoignage, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! La gloire, je ne la reçois pas des hommes ; d’ailleurs je vous connais : vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu. Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; qu’un autre vienne en son propre nom, celui-là, vous le recevrez ! Comment pourriez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique ? Ne pensez pas que c’est moi qui vous accuserai devant le Père. Votre accusateur, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, car c’est à mon sujet qu’il a écrit. Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? » (Jn 5, 35-47)

Entrer dans la gratitude [1]

« J’ai constaté que, dans la paroisse, les jeunes étaient très présents et bien accompagnés mais qu’il n’y avait pas de propositions concrètes pour les plus de 30 ans. L’année dernière, j’ai donc d’abord proposé pendant l’Avent des « petits groupes de maison » (les paroissiens se réunissent à plusieurs chez quelqu’un pour prier ensemble).

J’ai par ailleurs lancé un parcours sur le thème « 30 jours pour apprendre à prier ». À ma surprise, 120 personnes l’ont suivi. On ne pouvait pas en rester là. Il y avait une réelle attente. J’ai donc eu l’idée de proposer un autre parcours pendant le carême et le thème de la gratitude est venu naturellement. Lionel Dalle est un ami. Il m’avait raconté son expérience dans sa paroisse, un an auparavant. J’avais lu aussi le livre de Pascal Ide, remarquable. Pendant une semaine, j’ai lu, je me suis documenté, j’ai prié, réfléchi et j’ai préparé un livret, en m’inspirant largement du premier parcours de Lionel Dalle. J’ai ajouté une question qui me semblait centrale, celle de l’hyper-consommation. Le jour du mercredi des cendres, j’ai annoncé à mes paroissiens : « Plutôt que de prendre des décisions que nous ne parvenons pas à tenir, je vous propose cette année de vivre quelque chose d’original : “travailler”, ensemble, la vertu de gratitude. Par ce levier de la gratitude et de la joie, beaucoup de vos difficultés vont se résoudre d’elles-mêmes, j’en ai la conviction ! » Pour le dire autrement, travailler la vertu de gratitude, c’est travailler en amont tous nos mouvements de compensation. Tous ces mouvements sont liés à un vide existentiel et ce vide, quand on pratique la gratitude, est comblé.

Quatre cents personnes se sont décidées à vivre ce parcours. Des “paroissiens ordinaires”, mais aussi des gens plus éloignés de l’Église, attirés par ce thème assez “hospitalier”. Un soir chaque semaine, sur une période de cinq semaines, ces personnes se sont retrouvées.

Le déroulement était très simple : 20 minutes de louange, une demi-heure d’enseignement suivi par un exercice de gratitude ; partage en petit groupe (« Qu’est-ce qui m’a touché dans l’enseignement ? Quelle petite décision est-ce que je prends ? ») ; et temps d’adoration.

Je suis témoin que ce parcours a transformé des vies. Cela va de toutes petites choses : « Cela a changé ma manière de monter les escaliers », témoigne une personne pour laquelle ce moment était devenu une véritable épreuve physique. Elle s’est appliquée à vivre la “grâce” qui était cachée dedans. C’est l’un des trésors de la gratitude. Découvrir que tout instant est un don ou l’occasion d’un don. Une épreuve n’est pas un don en elle-même mais dans une épreuve, une grâce cachée m’est offerte. Autres fruits : à travers ces petits exercices, des célibataires ont redécouvert une joie intérieure. Des couples ont renouvelé leur manière de se remercier. Je peux dire que c’est la proposition pastorale la plus transformante que j’ai pu faire. La gratitude est en réalité l’attitude la plus fondamentale de la créature. C’est une vertu qui s’acquiert par répétition et par petits exercices. C’est d’abord un acte de l’intelligence qui consiste à apprendre à discerner les dons au quotidien. Cet acte fait monter en moi une émotion qui me pousse à agir. Cela s’exerce. Quand je me promène en forêt, je peux dire : « C’est beau. » Mais je peux aussi aller plus loin. Me demander pourquoi c’est beau et apprendre à détailler le don. Faire cet exercice me met en mouvement et me pousse à l’action de grâce, quelle qu’en soit la modalité. De même, dans la vie de famille ou la vie professionnelle. Cela transforme les relations. Et à force de “travailler” cette vertu de la gratitude, je reviens plus rapidement, au milieu même de la difficulté, à un état de calme intérieur. Ainsi, récemment, il y a eu une panne de courant et mon réveil n’a pas sonné. Je devais prendre un avion et cela semblait perdu ! J’ai dit au Seigneur : « Ce n’est pas grave, tu es là, merci Seigneur ! » J’ai appelé un taxi et expliqué la situation. Il m’a répondu : « C’est étonnant, vous êtes en train de rater votre avion et vous êtes pourtant très calme… » À l’arrivée à l’aéroport, nous avons été pris dans un énorme embouteillage… Je pensais n’avoir plus aucune chance. Pourtant, je me suis exercé à rester dans la gratitude. Arrivé à la porte d’embarquement 15 secondes avant la fermeture, j’ai pu finalement être enregistré in extremis… Un autre exemple. Mon œil gauche perd pas mal de sa capacité de vision en ce moment. C’est un motif naturel d’inquiétude mais aussi une belle occasion pour moi d’exercer la gratitude. Je sais que Dieu est là, qu’il m’aime et qu’il ne m’abandonnera pas. Exprimer ma reconnaissance m’aide à lutter contre l’inquiétude qui monte en moi par moments. Je fais ce que j’ai à faire, le Seigneur est là et il me donne sa grâce en toute situation. Au lieu de dépenser une énergie considérable à vouloir résoudre des problèmes sur lesquels nous n’avons pas de prise, il nous revient d’apprendre à dire, dans les contrariétés du quotidien : « Ce n’est pas si grave » … Travaillons plutôt sur ce que nous pouvons changer !

[1] Auteur : Père Emmanuel Pinot, curé de la paroisse de la Sainte-Trinité (Paris IXe) depuis septembre 2018.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suggestions de lectures

Pape François

Un équilibre délicat entre vie cachée et visibilité

Les monastères vivent un équilibre délicat entre vie cachée et visibilité, clôture et participation à la vie diocésaine, le silence priant et la parole qui annonce. De quelle manière un monastère en ville peut-il enrichir, et se laisser enrichir par la vie spirituelle du diocèse et par les autres formes de vie consacrée, tout en restant ferme dans ses prérogatives monastiques?
Le mariage et la virginité chrétienne sont deux modes de réalisation de la vocation à l’amour. Fidélité, persévérance, unité du cœur, sont des engagements et des défis pour les époux chrétiens comme pour nous, personnes consacrées: comment éclairer le chemin les uns des autres, les uns pour les autres, et cheminer ensemble vers le Royaume?

Lire »
Pape François

Une mystique évangélique du «nous»

Le charisme de l’unité est un stimulant providentiel et une aide puissante pour vivre cette mystique évangélique du « nous »; c’est-à-dire pour marcher ensemble dans l’histoire des hommes et des femmes de notre temps avec « un seul cœur et une seule âme » , en se découvrant et en s’aimant concrètement comme les « membres les uns des autres » . Jésus a prié le Père pour cela: « Afin que tous soient un. Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi » , et il nous a montré le chemin en lui-même, jusqu’au don total de tout dans le dépouillement abyssal de la croix . Telle est la spiritualité du « nous ». Vous pouvez faire à vous-mêmes, et aussi à d’autres, pour plaisanter, ce test. Un prêtre qui est ici — plus ou moins caché — m’a fait ce test. Il m’a dit: « Dites-moi, père, quel est le contraire du “moi”, l’opposé du “moi”? ». Et je suis tombé dans le piège, et immédiatement j’ai dit: « toi ». Et il m’a dit: « Non, le contraire de tout individualisme, du moi et du toi, c’est le “nous” ». Le contraire est « nous ». C’est cette spiritualité du nous, celle que vous devez promouvoir, qui nous sauve de tout égoïsme et de tout intérêt égoïste. La spiritualité du nous.

Lire »
Pape François

S’il te plaît, merci, pardon

Pour le croyant la gratitude est au cœur même de la foi: un chrétien qui ne sait pas remercier est quelqu’un qui a oublié la langue de Dieu. Cela est laid! Rappelons-nous de la question de Jésus, quand il guérit dix lépreux et que seul l’un d’eux revint le remercier . Une fois j’ai entendu une personne âgée, très sage, très bonne, simple, mais avec cette sagesse de la piété, de la vie, qui disait: « La gratitude est une plante qui ne grandit que dans la terre des âmes nobles ». Cette noblesse d’âme, cette grâce de Dieu dans l’âme nous pousse à dire merci à la gratitude. C’est la fleur d’une âme noble. C’est là une belle chose.

Lire »
Pape François

On est chrétiens à chaque instant! Totalement!

Nous vivons à une époque où on est assez sceptique à l’égard de la vérité. Benoît XVI a parlé très souvent du relativisme, c’est-à-dire de la tendance à estimer qu’il n’y a rien de définitif, et à penser que la vérité est donnée par le consensus et par ce que nous voulons. La question se pose : « la » vérité existe-t-elle vraiment ? Qu’est-ce que « la » vérité ? Pouvons-nous la connaître ? Pouvons-nous la trouver ? Ici me vient à l’esprit la question du Procureur romain Ponce Pilate quand Jésus lui révèle le sens profond de sa mission : «Qu’est-ce que la vérité?». Pilate n’arrive pas à comprendre que « la » Vérité est en face de lui, il ne parvient pas à voir en Jésus le visage de la vérité, qui est le visage de Dieu. Et pourtant, Jésus est précisément cela : la Vérité, qui dans la plénitude des temps « s’est faite chair » , est venue au milieu de nous pour que nous la connaissions. On ne s’empare pas de la vérité comme d’une chose, on rencontre la vérité. Elle n’est pas une possession, elle est une rencontre avec une Personne.

Lire »
Pape François

La lumière du diable s’évanouit, celle du Seigneur est permanente

Le diable est dangereux, il sait bien parler. Il parle très bien. Pas seulement: Il sait aussi jouer de la musique, chanter. C’est le grand menteur, le père du mensonge. Du reste, ses propositions sont toutes des mensonges, toutes. Mais malheureusement, il présente des mensonges et nous le croyons. C’est un vaincu, mais il agit comme un vainqueur. Au point qu’il est aussi capable de nous donner la lumière, il illumine! Mais la lumière du diable est fulgurante, comme un feu d’artifice, et elle n’est pas durable. Elle dure un instant, puis elle s’évanouit. En revanche, la lumière du Seigneur est douce, mais permanente.

Lire »
Pape François

Où est le scandale ?

Le Seigneur prépare ses disciples au futur. Et il y a un mot qui semble un peu étrange: scandaliser. Jésus dit, d’après ce qu’en rapporte Jean : « Je vous ai dit ces choses afin que vous n’ayez pas à vous scandaliser ». La question à comprendre est : « de quel scandale parle Jésus ? Du scandale des persécutions qui auront lieu, du scandale de la croix ? Pour cela, un chrétien qui ne prend pas au sérieux cette dimension “du martyre” de la vie n’a pas encore compris le chemin que Jésus nous enseigne : la route “du martyre” de chaque jour; la route “du martyre” dans la défense des droits des personnes; la route “du martyre” dans la défense des enfants: le papa et la maman qui défendent la famille ; la route “du martyre” de très nombreux malades qui souffrent par amour pour Jésus. Nous avons tous la possibilité de porter cette fécondité pascale sur la route “du martyre”, sans nous scandaliser.

Lire »
Luc Labrecque

L’amour, ce n’est pas des sentiments ou des paroles, mais des faits

L’amour se réalise dans la vie de chaque jour, dans les attitudes, dans les actions; autrement, c’est seulement quelque chose d’illusoire. Ce sont des mots, des mots, des mots: ce n’est pas de l’amour. L’amour est concret, chaque jour. Jésus nous demande d’observer ses commandements, qui se résument en ceci: « Vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés »

Lire »